Sélectionner une page

Young scientists working together

 Ce projet eTwinning est le fruit de la collaboration de professeurs venant de trois pays :
Espagne, France, Italie.
Elisabet Mas de les Valls (Prat Educació, Espagne)
Enrica Maragliano (Liceo Classico e Linguistico Statale « G. Mazzini » di Genova, Italie)
Bénédicte Leduc (Cité Scolaire Brocéliande, Guer, France)

«  »Mathematics for a Better World » is the theme chosen for the second edition of the International Day of Mathematics on March 14, 2021.
In the wake of this event, the project aims at increasing pupils’ awareness of the importance of Maths not only in  education but also in economy, in the organization of modern society and in the pursuit of well-being, in the fight against disasters, epidemics, emerging diseases, invasive species, in the transition to a sustainable circular economy compatible with the conservation of biodiversity.
The project also aims to provide students with the tools to understand global challenges and the ability to respond as conscious citizens.
Maths is also the universal language which in the project will become fertile humus and vehicular language for cultural exchange between pupils and teachers from various countries. ”

 « Avec l’apparition de la pandémie dans le monde, nous entendons souvent parler de « croissance exponentielle », de « facteur Rt », de « pic de contagion » : tous ces concepts, utilisés en médecine, sont typiques des mathématiques, qui sont devenues l’une des disciplines les plus en vogue ces derniers temps.
Souvent, en effet, des concepts mathématiques sont utilisés, parfois dans des contextes informels et parfois les locuteurs ne sont pas pleinement conscients de la signification des termes qu’ils utilisent et des théories qui les soustendent. Pour cette raison, nous pensons qu’il est important que les étudiants apprennent de manière critique et scientifiquement correcte quelles sont les théories mathématiques qui sous-tendent les choix des gouvernements, lesquels ne sont souvent pas compris par la population qui ne suit pas toujours les indications de manière adéquate.. »

 

 Les élèves de terminale engagés dans ce projet ont fourni un réel travail scientifique, développant leur capacité à travailler en collaboration, leur esprit d’initiative, le tout de façon synchrone et asynchrone tant au sein de leur équipe nationale que de leur équipe internationale.

Dès le début du processus, les élèves ont formé quatre équipes internationales, chacune ayant à répondre à une problématique.

Quatre équipes ont été ainsi crées :

 Equipe Sophie Germain – « Que signifie « aplatir la courbe » et comment les mathématiques y contribuent-elles ? »

Equipe Hypatia – « Quand faut-il prendre des mesures pour contenir la propagation d’un virus ? L’importance de la recherche des contacts et comment identifier des indicateurs fiables ».

Equipe Hedy Lamarr – « Pouvons-nous tirer des leçons du passé ? Les modèles d’anciennes pandémies peuvent-ils être utiles pour éviter
de faire des erreurs et sauver des vies ? »

Equipe Maryam Mirzakhani – « Comment modéliser la propagation du virus au sein d’un groupe ? »

Chaque équipe nationale a présenté sa région au travers de vidéos élaborées par ses soins, permettant aux partenaires européens d’avoir un aperçu de leur cadre de vie, et des traditions de leur région.

 

Les équipes ont travaillé sur une base documentaire fournie par les trois professeures, sites, revues, articles et vidéos scientifiques.

Quelle que soit la question à traiter, les étudiants ont eu à utiliser divers outils TICE ; une des équipes a notamment a pu programmer en
python.

 

 S’ajoutant aux rencontres en ligne organisées tout au long du projet, les quatre équipes ont pu bénéficier de deux visioconférences données par deux expertes différentes.

Marinella Lavelli (Pédiatre)
nous a donné exposé le point de vue biologique du virus, en nous expliquant de quelle manière il est contagieux et l’effet des différentes mesures de sécurité.

 Alejandra Cabaña (docteur en mathématiques, membre du groupe de recherche sur la modélisation stochastique avancée à l’UAB*),
nous a enseigné l’analyse mathématique de la pandémie, des modèles les plus simples comme le SIR aux modèles les plus complets.

UAB* : Universitat Autònoma de Barcelona

 

Des infographies ont été composées par chaque équipe afin de présenter leurs travaux

 

Au cours d’une dernière rencontre clôturant ce très riche projet :
les équipes ont présenté leur travail, chaque élève intervenant à l’oral (et en anglais bien sûr!) suivant une répartition organisée par les élèves eux-mêmes, et ce, devant tous leurs camarades, leurs professeurs et des invités, telle que Dr Marinella Lavelli qui nous avait fait le plaisir de nous rejoindre. Les présentations  donnant un éclairage sur les productions sous forme d’infographies préparées en amont.

A noter que les Français étaient en classe (comme on peut le voir sur les images ci-dessous), pendant que les Espagnols pour moitié étaient en classe , les autres , au regard de leurs horaires scolaires, étaient retournés chez eux. Quant aux Italiens il étaient tous chez eux.

Comme point d’orgue de cette rencontre, un quiz en ligne et en direct a été proposé, et petit cocorico, les trois premières marches du podium ont été prises par des Français !!

Un dernier mot pour remercier mes élèves de terminale DNL euro pour s’être investis dans ce projet, toujours dans la bonne humeur !
Equipe
Sophie Germain – Alexandre, Eliaz, Joe.
Equipe
Hypatia – Emeric, Laura, Lucas
Equipe
Hedy Lamarr – Lilou, Lucille, Némo
Equipe
Maryam Mirzakhani – Mateo, Martin

Bénédicte Leduc
Professeure de mathématiques et de DNL

How can maths make a better world?

«  »Mathematics for a Better World » is the theme chosen for the second edition of the International Day of Mathematics on March 14, 2021.
In the wake of this event, the project aims at increasing pupils’ awareness of the importance of Maths not only in  education but also in economy, in the organization of modern society and in the pursuit of well-being, in the fight
against disasters, epidemics, emerging diseases, invasive species, in the transition to a sustainable circular economy compatible with the conservation of biodiversity.
The project also aims to provide students with the tools to understand global challenges and the ability to respond as conscious citizens.
Maths is also the universal language which in the project will become fertile humus and vehicular language for cultural exchange between pupils and teachers from various countries. ”

«  »Mathematics for a Better World » est le thème choisi pour la deuxième édition de la Journée internationale des
mathématiques, le 14 mars 2021.
Dans le sillage de cet événement, le projet vise à sensibiliser les élèves à l’importance des Maths non seulement dans l’éducation mais aussi dans l’économie, l’organisation de la société moderne et dans la recherche du bien-être, la lutte contre les catastrophes, les épidémies, les maladies émergentes, les espèces invasives, dans la transition vers une économie circulaire durable compatible avec la conservation de la biodiversité…
Le projet vise également à fournir aux élèves les outils nécessaires pour comprendre les défis mondiaux et la capacité d’y répondre en tant que citoyens conscients.
Les mathématiques sont également le langage universel qui, dans le cadre du projet, deviendra un humus fertile et un
langage véhiculaire pour l’échange culturel entre les élèves et les enseignants de différents pays. »

 

 Ce projet eTwinning est le fruit de la collaboration de professeurs venant de quatre pays différents :
Espagne, France, Italie, Turquie.

Les élèves ont gagné en autonomie et se sont appropriés les outils 2.0 que les activités les invitaient à utiliser.

Au travers d’activités variées , les élèves de DNL, section euro de Brocéliande, ont pratiqué différemment l’anglais en l’ancrant dans un
projet international, leur ouvrant une fenêtre sur le monde extérieur.

Les élèves de chaque pays se sont présentés individuellement et voici l’équipe impliquée dans le projet !

 

 

 les élèves ont conçu des posters pour célébrer cette journée particulière et plus largement la semaine des mathématiques.

 

Les élèves ont fait des recherches sur la vie de mathématiciens de tous horizons et ont les ont partagé avec leurs partenaires européens.

Bénédicte Leduc
Professeure de mathématiques et de DNL

Time Capsule: leave a message to the future

Ce projet eTwinning est le fruit de la collaboration de professeurs venant de dix pays différents :
Albanie, Chypre, Croatie, Espagne, France, Italie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Turquie.

The Project aims to make the people aware of the today’s problems such as pollution, abuse, discrimination, etc. The students have written a letter to future generations in order to make them aware of these problems and to tell them not to do the same mistakes we have done so far.
The students will be able to evaluate their and others’ lifestyles and find their mistakes to give advice to the future generations.

Le projet vise à sensibiliser les gens aux problèmes d’aujourd’hui tels que la pollution, les abus, la discrimination, etc. Les élèves écriront une lettre aux générations futures afin de leur faire prendre conscience de ces problèmes et de leur dire de ne pas commettre les mêmes erreurs que nous avons
commises jusqu’à présent. Les élèves seront capables d’évaluer leur mode de vie et celui des autres et de trouver leurs erreurs pour donner des conseils aux générations futures.

 

Voici l’équipe au complet.

Elle a abordé ce projet avec enthousiasme malgré les difficultés dues à la crise sanitaire.
Les élèves ont gagné en autonomie et se sont appropriés les outils 2.0 que les activités les invitaient à utiliser.
Au travers d’activités variées , les élèves de DNL sciences de Brocéliande, ont pratiqué différemment l’anglais en l’ancrant dans un projet international, leur ouvrant une fenêtre sur le monde extérieur.

 

 Les élèves de chaque pays se sont présentés

 Les élèves du lycée ont tout d’abord échangé ensemble, afin de partager leur idées avec leurs camarades des autres pays.

 

 Création d’un logo entrant en compétition pour le choix de celui du projet, de posters…

 

 Les élèves de tous les pays partenaires ont été répartis en équipes internationales afin d’écrire, au sein de chaque équipe, une histoire commune

 

 Chaque élève de chaque pays a écrit la lettre à déposer dans la capsule témoin de son établissement

 

Voici une exposition virtuelle du projet finalisé : https://www.emaze.com/@AOTQCIFOF/tme-capsule-leave-a-message-to-the-future

Bénédicte Leduc
Professeure de mathématiques et de DNL

 Writing shortens the distances

 Ce projet eTwinning est le fruit de la collaboration de professeurs venant de six pays différents :
France, Italie, Pologne, Portugal, République tchèque, Turquie.

 

 

« Students learn a language at school but It means nothing if they don’t use it actively so they need to practice it in any case »

 

 

« Les étudiants apprennent une langue à l’école,mais cela ne signifie rien s’ils ne l’utilisent pas activement. Ils doivent donc la pratiquer dans tous les cas. »

 

 Les élèves ont gagné en autonomie et se sont appropriés les outils 2.0 que les activités les invitaient à utiliser.
Au travers d’activités variées , les élèves de DNL, section euro de Brocéliande, ont pratiqué différemment l’anglais en l’ancrant dans un projet international, leur ouvrant une fenêtre sur le monde extérieur.
Ils ont pu interagir avec leurs partenaires européens lors des vidéo conférences qui ont jalonné cette belle aventure.

 Les élèves de chaque pays se sont présentés

 Ils ont participé au concours menant au choix du logo ou du poster représentant le projet.
Le vote étant effectué par tous les élèves

 

 Les élèves de tous les pays engagés ont présenté leur établissement, leur région, différents domaines de leur culture, traditions etc créant ainsi eux-mêmes les bases de données dans lesquelles les professeurs ont puisé les informations afin de créer les jeux et quiz auxquels ont joué les élèves eTwinners lors des visioconférences.
Néanmoins, les professeurs se sont pris également au jeu et ont participé avec enthousiasme au quiz culturel !

Connaissez vous le portugal ?             https://www.youtube.com/watch?v=J9tY4C8O4p0&t=35s

 

 Différentes visioconférences ont été organisées, comme mentionné plus haut

 

 

Les élèves ont été invités à prendre connaissance de façon plus
approfondie de la présentation de leurs partenaires européens afin de
pouvoir, dans l’idéal commencer à entretenir une correspondance 2.0

 

 Enfin, les élèves de tous les pays partenaires ont été invités à réfléchir sur le sujet du changement climatique

Be Quiet We are Here (BQWAH)

Ce projet est le fruit de la collaboration de 29 professeurs venant de dix pays différents:
Bulgarie, Croatie, France, Jordanie, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Tunisie, Turquie.

Il existe deux langues couramment parlées dans le monde, l’une est la musique, l’autre est la langue des signes. ce projet vise à nous
rapprocher malgré nos différences.
Avec ce projet, nous visons également à sensibiliser nos étudiants aux «obstacles ne sont pas des barrières».
« notre voix sera la langue du silence. »

There are two languages that are spoken commonly around the world, one is music, the other one is sign language. this project aims to make us come together despite our differences.
whit this project we also aim to raise awareness of  » obstacles are not barriers  » in our students.
« our voice will be the language of silence. « 

Voici l’équipe au complet. Elle a abordé ce projet avec un enthousiasme qui a fait vraiment plaisir !

equipe

Au travers d’activités variées , les élèves de DNL sciences de Brocéliande, ont pratiqué différemment l’anglais en l’ancrant dans un projet international, leur ouvrant une fenêtre sur le monde extérieur.

Des posters ont été crées et seront affichés dans notre salle de classe

 Tout en n’oubliant pas les sciences. Chaque élève du groupe a choisi un terme scientifique dont il a signé le mot et la définition, 

... et actualités